Et si on désactivait l’autofocus ?

Il faut l’avouer, la mise au point automatique est d’une aide précieuse  Aujourd’hui, difficile d’imaginer un appareil photo sans autofocus. Et pourtant malgré les progrès fait en la matière  il existe des situations où l’autofocus est mis en défaut. Petit inventaire des situations où il est nécessaire (ou préférable) de désactiver l’autofocus.

Quand l’autofocus n’accroche pas

Il arrive parfois que l’autofocus ne puisse pas accomplir sa tache parce que les conditions de prises de vue l’en empêche. Pour fonctionner correctement, il a besoin de lumière et de contraste.

Soirée, concert, photo de nuit… dans ces cas, l’autofocus ne pourra correctement faire la mise au point. Souvent les appareils disposent d’un éclairage d’appoint (appelé assistant autofocus) qui éclaire la scène le temps de faire la mise au point. Il y a deux limites à cet assistant:

Sur la photo suivante, l’autofocus n’a pas pu accrocher le premier plan a cause de la faible luminosité (l’image est clairs car il s’agit d’une pose très longue: 30s).

Premier plan flou car l’autofocus n’accroche pas dessus

Une scène correctement éclairée ne suffit pas: il faut également que le sujet soit contrasté. Les aplats de couleur comme un ciel sans nuage ou un mur risquent de faire mouliner votre autofocus. Les sujets qui présentent trop de petit détails peuvent aussi gêner car l’appareil n’y verra qu’une masse de couleur unie (par exemple une étendu de pelouse apparaîtra comme une tache verte aux yeux de l’appareil).

Les détails avec peu de contrastes peuvent gêner l’autofocus

Quand l’autofocus est trop lent

Les systèmes autofocus des appareils récents sont très performants mais il reste encore des situations où ils ne sont pas assez rapide.

Pour photographier un mouvement rapide (en photo de sport par exemple), l’autofocus n’a pas toujours le temps d’accrocher le sujet lorsqu’il passe devant l’objectif. Attention, la mise au point manuelle n’est pas plus rapide (loin de la) mais elle peut s’anticiper: il faut préparer la mise au point avant que le sujet passe dans le champs.

La balançoire est rapide mais le mouvement est prévisible

Par exemple: vous voulez prendre une voiture en photo lors d’une course. Le tracé de la route vous donne une indication sur la trajectoire de la voiture. Vous pouvez donc anticiper son mouvement et faire la mise au point sur un endroit précis de sa trajectoire avant qu’elle y passe. Le principe est le même pour la plupart des sports (le nageur suit sa ligne d’eau, le footballeur cour vers le but, le marathonien suit le tracé de la course,…). Bien sur ça ne marche pas non plus à chaque fois, parfois le sujet ne va pas suivre exactement ce que vous aviez prévu et il sera en dehors de la zone de netteté…

En photo haute vitesse: la mise au point est fixée avant que l’évènement se produise

Là où c’est plus compliqué, c’est lorsque le sujet suit un comportement aléatoire. Difficile de prévoir la trajectoire d’un enfant qui joue dans un parc… dans ces cas là, il va falloir faire preuve de patience et attendre le bon moment.

Quand l’autofocus manque de précision

Même quand vous avez le temps, c’est parfois le manque de précision qui limite la mise au point automatique. En effet, il arrive des cas où l’appareil refuse de faire la mise au point à l’endroit où vous le souhaitez.

C’est le cas lorsqu’un obstacle s’intercale entre vous et le sujet. Il peut s’agir d’une vitre, d’une grille ou d’un grillage: dans ces cas, l’appareil ne sait pas s’il doit faire la mise au point sur l’obstacle ou sur le sujet qui est derrière (l’appareil n’est finalement pas si malin que ça !).

Mise au point sur la grille

Il existe un domaine où la mise au point se doit d’être extrêmement précise: la macro. En macro la profondeur de champs est tellement petite que le moindre écart de mise au point peut rendre une photo complètement flou.

A cause de la faible profondeur de champ, la mise au point manuelle est également complexe: pas facile de régler avec précisions  Et c’est d’autant plus difficile que le viseur est petit: dur de voir correctement les détails de l’image avec un viseur de petite taille.

La profondeur de champ ne mesure que quelques milimetres

En macro, il peut être intéressant de faire la mise au point en deux fois: un premier réglage grossier (manuel ou auto) en faisant comme pour n’importe quelle photo. Puis, dans un deuxième temps, pour affiner la mise au point, vous pouvez avancer ou reculer l’appareil du sujet (la mise au point dépend de la distance sujet-appareil). Les sujets macro étant de faible dimension, le mouvement à effectuer est lui aussi très faible. Vous pouvez ainsi placer avec précision la zone de netteté sur la scène.

Quand le post-traitement l’impose

Certain montage photo sont basés sur l’utilisation de plusieurs photo fusionnée. Dans ces conditions, la mise au point ne doit pas bouger d’un image à l’autre (cloner un personnage, faire de  la photo HDR, réaliser un panoramique par assemblage,…).

Le HDR impose une mise au point fixe

Ces montages imposent que rien ne change entre plusieurs prise de vue: le cadrage, la focale, l’exposition, la profondeur de champs… et la mise au point. Si vous laissez l’autofocus activé lors de telles prises de vue, l’appareil risque de faire bouger la mise au point et l’effet escompté ne sera pas obtenue.

Malgré tout, il n’est pas nécessaire de faire la mise au point manuellement. Il suffit d’utiliser l’autofocus pour la première prise de vue et de le désactiver avant de prendre les suivantes. Le réglage de la mise au point restera toujours le même.

Comment désactiver l’autofocus ?

Reste un détails important: peut-on désactiver l’autofocus sur tout les appareils ? Et bien pas tout à fait…

Avec les appareil reflex, pas de soucis. Vous pouvez désactiver l’autofocus en fouillant dans les menus de votre appareil. Plus simple, un bouton situé sur l’objectif permet de passer en mise au point manuel d’un geste. Il suffit alors d’agir sur la bague de mise au point de l’objectif pour rendre votre sujet net.

Encore mieux, certain objectifs sont doté d’une bague de mise au point repositionnable. C’est a dire que même en mise au point automatique, il est possible d’agir sur la bague pour ajuster la mise au point. Avec ce type d’objectif vous pouvez faire la mise au point automatiquement et, si elle ne vous convient pas, l’ajuster manuellement directement sans passer en mode manuel.

Pour les compact et bridge, c’est un peu plus compliqué. L’autofocus n’est pas désactivable sur tous les modèles. Vérifiez dans la notice de votre appareil pour voir si c’est le cas pour le votre.

Si vous pouvez désactiver l’autofocus de votre compact (ou bridge), il reste un problème:  il n’y a pas de bague de réglage manuel sur ce type d’appareil. Dans ce cas, il faut entrer dans les menu de l’appareil et définir manuellement une distance de mise au point. Le problème est que ce réglage rend la mise au point très approximative.

Conclusion

J’ai essayé de faire le tour des situations mais il en existe surement d’autres. Et même si la liste des cas est ici plutôt longue, ça reste des cas particuliers, dans la plupart du temps l’autofocus est le bien venu !

Une fois que vous avez choisit de désactiver l’autofocus, il reste encore à faire la mise au point manuelle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les appareil récent ne nous facilitent pas le travail. Les autofocus d’aujourd’hui sont tellement performant que les fabriquants ne travaillent plus vraiment sur des moyens de faire la mise au point manuellement simplement.

Heureusement, certaines technique « d’autrefois » (c’était il n’y a pas si longtemps!) restent valables comme l’hyperfocale par exemple. Mais ça, c’est un autre sujet…

Article publié le 2 février 2013 dans la categorie Prise de vue
Tags :

Articles similaires

  • j-f bonnot

    Bonsoir,
    Mon offre de correction des fautes d’orthographe reste valable.Dans cet article très interessant,j’en relève 7à8.Vous m’aviez dit avoir un correcteur,humain ou informatique?
    Vous aviez opposé à mon offre une « clause de confidentialité »,j’ai toujours eu le plus grand respect du secret professionnel vis à vis de mes patients.On en garde le rélexe.Une petite réponse de votre part me serait fort agréable.
    A vous lire,encore merci pour le soin que vous manifestez dans vos choix d’articles.
    J-F B.

  • christelle

    J apprécie beaucoup vos articles accessibles pour la débutante que je suis et cependant complets mas s’il vous plaît acceptez l offre de correction d orthographe qui vous est gentiment proposée.

  • z750

    @j-f bonnot: quant on propose quelque chose, encore faudrait-il être irréprochable… Savez-vous, par exemple, que les noms propres commencent par une majuscule…? Enfin, les quelques fautes d’orthographe présentes dans l’article ne m’ont pas gênées, en tout cas énormément moins que la barre d’espace que vous n’utilisez pas à bon escient…
    Pour finir, cet article n’en demeure pas moins intéressant, comme la grande majorité des articles rédigés sur ce site.
    Bonnes photos à tous!

  • j-f bonnot

    petite réponse à z750
    QUANT non écrire QUAND…à l’oral identique..
    Noms propres:majuscules & jamais de fautes…su depuis la primaire.
    Génées:1 ou 2 personnes?pourquoi le pluriel?
    Mon nom,lui, est en clair pas pseudo Cf:z750
    Barre espacement:OK pour cours de remise à niveau.

  • z750

    Petite réponse également:
    « quant » peut s’écrire avec un « t », suffit d’ouvrir un dico pour le savoir.
    j-f bonnot: c’est pas un nom propre, ça…?
    Remise à niveau de la barre d’espace: pas encore mis en pratique…

  • bonnotjf

    QUANT=>latin:quando
    QUAND=>latin :quantum.
    Quant à le différencier,quand le saurez-vous,
    Ce N’est pas un nom…c’est pas…la particule négative semble oubliée.
    Pour le non usage orthodoxe de la barre d’espacement,je sollicite votre aide…sans trop y croire.
    Je pense en effet avoir besoin de l’expérience d’une personne versée en dactylographie afin de trouver le bon chemin.
    Raipondet mois cent fôte.

  • z750

    Et sinon, vous avez quoi comme appareil photo, un Kodak jetable…? ou un jetable d’une autre marque…?[IMG]http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Rires/%212214_EM2.gif[/IMG]

  • z750

    Et sinon, vous avez quoi comme appareil photo, un Kodak jetable…? ou un jetable d’une autre marque…?

  • Messieurs, je vois que le débat autour de l’orthographe fait rage ! J’aurai préféré qu’il soit plus axé sur le fond de l’article mais tant pis…

  • Merci pour l’article !

    Pour la petite lumière qui permet de faire l’autofocus, j’ajouterai (et ça me permettra d’être sur de ce que je dis, si je me trompe n’hésitez pas à me le dire) qu’elle ne s’allume que lorsque l’on utilise le collimateur central. Avec les autres collimateurs, pas de lumière (c’est le cas sur mon D3100).

    Et sur les Reflex, il me semble aussi qu’il y a un bouton pour mémoriser la MAP et/ou l’exposition (je ne crois pas que tu en parle, ou alors j’ai raté quelque choses).

    Merci en tout cas pour toutes ces explications intéressantes !

  • @Thomas: J’ai jamais vérifié pour le collimateur central mais c’est possible… Je ne sais pas si c’est valable sur tous les appareils.

  • Ok 🙂

    Suivant les situations, il faudrait que la petite lumière soit orientable :p

  • Intéressant comme article.
    Je désengage souvent l’autofocus pour la macro comme c’est indiqué ici à cause de la profondeur de champs vraiment réduite.
    Mais bon, des fois c’est quand même pire que mieux 🙂

  • Un sujet intéressant.

    Le problème de l’autofocus se posait réellement avec le Canon 5D entre autre. Le Mark II a un bug en plus si vous placez deux ou trois personnes devant un mur et que vous faites un cadrage large avec une grande surface de mur, même avec le point de l’autofocus sur les personnes, l’APN fait la mise au point sur le mur. Et dans sur les endroits peu contrastés et/sombres, ce n’était pas encore ça.

    Heureusement le MARK III a tout corrigé 😉

  • Il y a un truc que je comprends enfin : pourquoi de temps avec mon appareil compact mets du temps à faire le point (notamment vue de près). Je suis rarement au millième de seconde près donc je m’en fiche.
    Un truc que je ne comprends pas : la remarque sur la taille du viseur étant donné qu’on a un écran plutôt drôlement grand (par rapport aux viseurs des appareils traditionnels) donc on peut voir ce qu’on fait mieux qu’avant. Cela dit, le problème de l’écran c’est qu’il ne donne pas du tout une vision correcte de la luminosité de l’image car (le mien en tous cas) est très sensible à la luminosité ambiante.

  • krakito

    sur le D60 et D7000 petit lumière de MAP et une flèche si trop en avant et une autre si trop en AR

  • boutrosdu93

    et a part parler pour rien sur l’orthographe, vous pouvez commenter sur l’autofocus?
    merci pour ton article

  • @boutrosdu93: merci à toi de recentrer le débat 🙂 !

  • Mompo

    on peut faire une mise au point dans un endroit a très faible luminosité avec un laser on vise le décor de sorte a ce que sur l’appareil le point s’aligne avec un spot de mise au point est l’appareil peut faire la mise au point ensuite le point (vert rouge ou bleu du laser) peut être retiré avec un logiciel ou au recadrage

  • Mompo

    on peut ensuite pour des sujet en mouvement fixer le laser sur le boitier de l’appareil

fermer la fenetre

Recevez les deux guides pour bien demarrer en photo en vous inscrivant à la newsletter.

Couverture guide PDF
img vide