L’astuce pour se passer d’un objectif grand angle

Si comme moi vous aimez voyager léger, vous devez faire quelques compromis sur le matériel photo. Oubliez donc l’idée d’embarquer avec vous votre collection d’objectifs. Vous pouvez notamment laisser à la maison votre grand angle… N’annulez pas vos billets tout de suite, j’ai une bonne nouvelle: il est possible de faire des photos grand angle même si vous n’avez pas l’objectif idoine.

Qu’est ce qu’un objectif grand angle ?

Avant de se lancer dans la technique, revenons un peu sur les bases. Un objectif est qualifié de grand angle quand il couvre une grande largeur du champ. Disons pour vulgariser qu’il voit « large ». On parle également de courte focale.

D’après Wikipédia, on considère un objectif comme grand angle lorsque la focale passe en dessous de 25mm en équivalent full frame soit environ 18mm (selon le crop factor) pour les capteurs APS-C. Et si vous n’avez rien compris à cette phrase volontairement complexe, je vous invite à lire mon article sur le rapport de focale.

A l’inverse une focale longue (un téléobjectif par exemple) couvre un angle de champ très restreint. Pour garder la même logique que plus haut, l’objectif longue focale voit très « serré ».

Reprenons tout ça sur un schéma pour clarifier les choses. Admettons que nous voulions prendre en photo une voiture avec deux focales différentes:

  • une courte focale (donc grand angle de champ) en vert
  • une longue focale (donc petit angle de champ) en bleu

Dans cette configuration, on voit que la voiture entre entièrement dans le cadre avec le grand angle (encadré vert) mais seulement en partie avec la longue focale (encadré bleu). Pour avoir la voiture en entier avec la longue focale, il faut alors s’en éloigner un peu plus.

A lire pour aller plus loin
Zoomer et se rapprocher: ce n’est pas pareil !

On met là le doigt sur un intérêt du grand angle : il permet de faire rentrer dans le cadre beaucoup de choses avec peu de recul. C’est la raison pour laquelle il est beaucoup apprécié des agents immobiliers : le grand angle peut capturer un studio de 25m² et lui donner des allures de salon royal !

En post prod, plus facile de zoomer que de dézoomer

Le dessin peut nous amener à une autre conclusion: il est possible de simuler une grande focale à partir d’une courte. Ici on pourrait obtenir l’image bleue à partir de l’image verte avec un simple recadrage sur Gimp.

Dans les faits ce n’est pas si simple car la définition de l’image limite énormément la capacité de recadrage. C’est d’ailleurs le recadrage qui est utilisé pour la fonction « zoom numérique » de nos appareils (smartphones notamment) avec des résultats souvent catastrophiques.

Comment ajouter des pixels à l’image ?

S’il est possible de recadrer pour simuler une longue focale, comment faire l’inverse ? En effet si recadrer consiste à retirer des pixels, élargir le cadre revient à en ajouter. Difficile d’imaginer des pixels créés à partir du vide…

Comme il est impossible de créer des pixels pour augmenter la résolution, il faut contourner le problème en faisant plusieurs images et en les assemblant.

Ça peut paraitre complexe au premier abord mais il existe des outils dont c’est le job : les logiciels de panoramique par assemblage. Voyons ensemble comment faire concrètement.

Obtenir un grand angle à partir d’un panoramique

Dans notre exemple, nous avons deux personnes installées devant un magnifique paysage. Problème: le recul n’est pas suffisant pour les avoir dans le cadre tout en gardant la vue sur la chaine de montagne. Ici le grand angle aurait pu sauver la mise mais en rando plus qu’ailleurs, hors de question de trimballer 10Kg de matos photo !

La vue est belle mais on ne la voit pas !

On va donc rajouter du champ artificiellement en quadrillant la zone autour des deux personnes.

On multiplie les clichés pour quadriller la zone

Une fois que l’on a toutes ces images, il faut les combiner. Ici j’ai utilisé Image Composite Editor, un outil que j’aime beaucoup pour sa puissance et sa simplicité.

ICE étant capable de combiner les images quelles que soient leur disposition, le procédé d’assemblage est rigoureusement identique à un panoramique classique. Il suffit d’ajouter les images dans le programme et il va faire sa cuisine tout seul.

ICE se débrouille tout seul pour l’assemblage

Il vous restera à fixer le cadre de votre image comme vous le souhaitez et à l’enregistrer pour obtenir le résultat final:

Comme prévu, le champ de l’image assemblée est bien plus grand qu’avec la prise de vue direct permettant d’inclure à la fois les personnages et le paysage dans l’image.

Faut-il mettre son objectif grand angle à la poubelle ?

Laissez votre poubelle tranquille pour l’instant, cette méthode ne remplace bien sûr pas un grand angle au quotidien. La principale limite de cet exercice est le temps de prise de vue. Faire 10 photos prend beaucoup plus de temps qu’une seule.

De plus les raccords de l’assemblage seront problématiques si un objet bouge entre deux images, rendant quasiment impossible la capture d’objets en mouvement.

Coté qualité d’image par contre, l’image produite profite d’une haute voir très haute définition ce qui est intéressant pour les étapes de traitement suivantes.

Il m’arrive d’utiliser cette méthode ponctuellement pour élargir le cadre sans avoir un objectif dédié. Elle ne remplace évidemment pas totalement le grand angle mais dépanne dans bien des cas. Étant donné la simplicité de la méthode, je vous invite à la tester pour vous faire votre propre idée. Si vous respectez bien les contraintes de prises de vue d’un panoramique vous devriez vous en sortir sans aucun problème.

Rejoignez les 12 000 abonnés qui suivent 1point2vue pour progresser en photo. Lors de votre inscription, vous recevrez en cadeaux deux guides pour bien démarrer : « Faire ses premiers pas en photo » et « Faire ses premiers pas en retouche photo ». Il s’agit de deux livres courts et sans notions techniques complexes afin de questionner votre pratique photo avant même de vous lancer.