Le sens de lecture en photographie

Pour soigner la composition d’une photo, il est utile de s’intéresser à la lecture de l’image. Il faut pouvoir, au moment de la prise de vue, anticiper la façon dont le spectateur va la regarder.

Quand vous regardez une photo, l’oeil se balade un peu partout. Il va suivre un schéma de base, dicté par le sens naturel de lecture. Mais beaucoup d’autres éléments entrent en jeu.

Le sens de lecture naturel

Naturellement l’oeil a tendance à balayer l’image de la même façon qu’un texte, c’est à dire de gauche à droite et de haut en bas. La trajectoire de l’oeil (dite « en Z ») diffère légèrement selon que l’image est orientée en paysage ou en portrait:

On remarque alors que le choix de l’orientation de l’image n’est pas anodin. Le portrait demande à l’oeil de faire beaucoup plus d’aller/retour que le paysage. Cette indication peut être une piste à exploiter pour porter le message de la photo. Par exemple, le mouvement des yeux induit par le format portrait permet d’accentuer la sensation d’agitation.

Les lignes directrices

Le principe ci-dessus n’est que théorique. L’oeil est plutôt distrait: dans la plupart des cas, il va se laisser conduire par les éléments forts de l’image.

Les lignes permettent de détourner l’oeil en lui indiquant le chemin à suivre. Quelque soit leur nature, elles doivent indiquer un chemin clair au lecteur. Elles peuvent être de toutes sortes:

  • Droite: une route, l’horizon, un immeuble, des branches d’arbres…
  • Courbe: le contour d’un visage, un virage, un escalier en colimaçon…
  • Virtuelle: un regard, un doigt pointé, une flèche,…

Les lignes directrices sont partout mais il faut savoir les exploiter correctement.

La photo suivante présente des lignes dans tous les sens mais il n’y a pas de cohérence suffisante pour guider le regard. Résultat, la lecture de l’image est plutôt chaotique et on obtient une image difficile à lire (ça ne veut pas dire pour autant dire qu’elle est sans intérêt).

Les lignes sont présentes mais sans cohérence

Sur la photo suivante, les lignes, aidées par la perspective, servent l’image en invitant le regard à plonger vers le centre.

Les lignes structurent l’image

Cas particuliers

Il ne faut pas à tout prix essayer de guider le lecteur de l’image. En effet, certaines photos ne s’y prêtent pas ou ce n’est pas toujours nécessaire.

Le portrait par exemple est un cas un peu différent car un visage a tendance à perturber la lecture classique de l’image. En effet, l’oeil va naturellement s’attarder sur les courbes du visage et en particulier sur les yeux. C’est pour cette raison qu’il faut particulièrement soigner le regard en photo de portrait.

Comment exploiter le sens de lecture ?

Cette notion de balayage ajoute une dimension temporelle à l’image. En effet, le coin supérieur gauche sera vu (ou lu) avant le coin inférieur droit. On peut donc faire apparaître un rapport chronologique entre deux éléments d’une photo en les positionnant correctement. De fait, la partie gauche de l’image représente le passé et la partie droite est plutôt affectée au futur.

Conclusion

Toutes ces informations sont plutot abstraites, il n’y a pas vraiment de règles à apprendre. Il s’agit surtout du ressenti de l’image: personne ne tiendra rigueur de l’application de tel ou tel principe mais c’est bon d’avoir quelques pistes en tête avant de composer une photo.

A lire également

  • La question est :
     » comme les japonais lisent de droite à gauche et de haut en bas, doit-on construire nos photos dans cette idée si l’on a une cible japonaise ? »
    😀

  • j’avoue rester pantois … pour une affiche de grandes taille je conçois que ça puisse jouer mais une photo « classique » cela est-il vraiment impactant ?

    Si tu as des sources aussi étayant ces différences de balayage de l’oeil selon les formats je suis preneur ! Je ne pensais pas que c’était aussi marqué.

  • j’aurais plutôt pensé que la lecture se faisait comme dans un journal, du haut gauche vers le bas droit.

  • Antoine

    @benoit: ta remarque est plutot bien posée car il semblerai que le sens de lecture de l’image soit directement lié au sens de lecture des textes. Les culture Arabes doivent donc lire les image de droite à gauche.

    @Mealin: C’est pas la taille qui compte! Je pense même que l’impact sera plus important sur une « photo classique » que sur une affiche. En effet on analyse pas l’affiche comme une photo. Note que je prend des pincettes dans l’article en précisant que c’est très théorique, il ne faut pas se focaliser sur ça pendant la prise de vue.

    @Thierry: Je pense que tu fais référence à la lecture en colonne. J’ai rien trouvé de vraiment probant sur ce principe alors je ne pense pas qu’il soit vraiment effectif.

  • martinand

    je ne suis pas tout à fait d’accord sur la façon de lire une image, de gauche à droite certes, mais du bas vers le haut, je regarde ce qui est près de moi pour ensuite éloigner mon regard, j’en veux pour preuve un chemin par exemple qui conduit vers le sujet, donc de bas vers le haut.

  • @martinand: dans l’article, je fais référence au sens de lecture « naturel ». Qui est le même que pour la lecture d’une page de texte. Pour ce qui est du chemin que tu évoque, il s’agit d’une perturbation du sens de lecture naturel: un guide pour le lecteur pour l’emmener où tu le souhaite. Et dans ce cas, effectivement, le sens de lecture peut être de bas en haut.

  • Merci pour cet article très enrichissant ! J’avais déjà entendu parlé des lignes directrices, certaines sont plus dominantes que d’autres et certaines formes aussi ! Comme le triangle par exemple ou d’autres courbes qui se dessinent grâce aux éléments de la photo. Je trouve dommage que tu ne nous montre pas plus en détails ces quelques règles car j’ai moi-même du mal à les assimiler. J’espère que tu approfondira ton article car il est tout de même top !