Les principes du logiciel libre

Depuis maintenant près de trois ans, je vous propose des tutoriels pour Gimp. Je vous vante souvent les mérites de ce logiciels et notamment le fait qu’il s’agissent d’un logiciel libre. Mais je ne me suis jamais vraiment attardé sur cette notion. C’est ce que je vais essayer d’éclaircir aujourd’hui.

Qu’est ce que le logiciel libre et qu’est ce qui le différentie d’un logiciel propriétaire ?

L’accès libre

Attention à ne pas faire l’erreur, il faut comprendre « libre » dans son sens premier: celui de la liberté. Trop souvent on assimile le logiciel libre à la gratuité or la gratuité n’est qu’une conséquence du libre. Ce qu’il faut comprendre, c’est que le logiciel libre a été créé avant tout pour offrir une liberté à son utilisateur et la condition pour offrir une vrai liberté est de mettre le logiciel libre à disposition gratuitement. J’espère que vous me suivez…

Il ne faut donc pas confondre libre et gratuit. D’ailleurs, la plupart des logiciels gratuits ne sont pas libres. Par exemple, Photofiltre est un logiciel gratuit mais pas libre.

L’étude et la modification

Le logiciel libre va au delà de la gratuité. L’utilisateur peut non seulement exploiter gratuitement le logiciel mais il peut aussi le modifier. Il peut donc l’étudier et le modifier librement. C’est la deuxième conséquence du libre: l’accessibilité au code source.

En programmation, Il faut passer par une étape obligatoire: la compilation du programme. Cette étape consiste à convertir le code source (le programme écrit pas le développeur) en langage machine (une suite d’instructions compréhensible par l’ordinateur). Une fois compilé, le programme est exécutable par la machine (l’ordinateur) mais n’est plus compréhensible par l’être humain (le développeur). Pour cette raison, toutes les modifications d’un programme ne peuvent se faire qu’à partir de son code source.

Pour un logiciel classique, le code source n’est pas accessible: il reste la propriété de l’éditeur. En tant qu’utilisateur, vous n’avez accès qu’a la version compilée du programme: un exécutable non modifiable. Vous êtes ainsi limité par les usages définis dans la licence du logiciel (le gros pavé de texte qui apparait lors de l’installation et que personne ne lit). Si le logiciel ne vous convient pas tel qu’il est, impossible donc de le modifier pour l’adapter à vos besoins.

Redistribution

Troisième particularité du logiciel libre: la liberté de redistribution. Vous pouvez télécharger un logiciel libre puis le redistribuer. De cette façon, vous pouvez mettre à disposition le logiciel à qui vous voulez.

Il est même possible d’aller encore plus loin. Le paragraphe précédant explique qu’il est possible de modifier un logiciel libre. Si vous avez créé de nouveaux usages en développant de nouvelles fonctionnalités, il serait dommage de les garder pour vous. Ainsi, il est également possible de redistribuer les versions modifiées par vos soins.

En gros, si vous avez bien compris, un logiciel libre suit une logique libre: vous faites ce que voulez avec le logiciel, y compris des choses pour lequel il n’a pas été concus.

Conséquences

Accessibilité

La premiere conséquence de cette liberté est l’accessibilité. N’importe qui peut utiliser un logiciel libre.

En retouche photo, la référence est Photoshop. Il se décline en plusieurs version mais même dans sa version la moins onereuse, il faut lacher un gros cheque pour se l’offrir (Environ 100€ pour Photoshop Element). De son coté Gimp est accessible en téléchargement direct et sans même une inscription.

Modularité

Comme vous pouvez modifier un logiciel libre, ça en fait un outil très modulable. Et si vous n’avez pas les compétences pour modifier le logiciel, vous pouvez utiliser une version modifiée par quelqu’un d’autre.

Par exemple, certain n’aimaient pas l’interface multi fenêtres de Gimp. Quelques utilisateurs ont donc modifié Gimp pour inclure toutes les fenêtres du logiciel dans une seule et ont ensuite partagé cette nouvelle version.

Note: Cette fonctionnalité (mode fenêtre unique) est maintenant inclue nativement dans le logiciel avec la nouvelle version 2.8.

Limites

Alors bien sur le monde du logiciel libre n’est pas tout rose. Il reste encore un grand avenir au logiciel propriétaire.

Développement lent

Etant donné le mode de distribution, l’édition d’un logiciel libre ne rapporte pas d’argent (difficile de gagner de l’argent quand on offre un produit !). Les recettes du libre (quand il y en a) sont principalement générées par le don. Et le don n’est pas forcement le meilleur modèle économique. Si faire de l’argent n’est pas le but du libre, le manque de moyens peu impacter sur le cycle de développement.

L’exemple frapant que l’on a vécu récemment est la sortie de Gimp 2.8: plus de deux ans de retard entre l’annonce de la date prevue de sortie et sa sortie effective.

Planning prévisionnel dev de Gimp

Redistribution

Un soucis bien plus genant est liée à la redistribution des logiciels libres. C’est un problème que j’ai déjà évoqué mais il ne risque pas de s’éteindre de lui-même alors j’en remet une couche.

Lorsque vous téléchargez un logiciel libre sur son site officiel il n’y a aucun soucis. Par contre sur d’autres site, cela peut poser des problème. Il arrive que les copies distribuées soient corrompues (incluant un petit lot de virus en même temps que le logiciel).

Certain sites vont carrément jusqu’a revendre le logiciel (qui, rappelons-le, est initialement gratuit). Ainsi, il m’est arrivé plusieurs fois de trouver des téléchargement payant de Gimp sur des sites douteux. Faites donc très attention lorsque vous téléchargez un logiciel libre à vérifier le site sur lequel vous vous trouvez.

Ces pratiques ne sont pas interdites par la licence libre mais elles sont moralement inacceptables (contre la logique première du libre). De plus, c’est tout le monde du libre qui souffre de ces comportements. En effet, si les versions corrompue se généralisent, les utilisateurs n’aurront plus confiance dans le libre et le développeur honnête ne pourra plus distribuer sa version.

Ces inconvenients representent le prix à payer pour la libertée. On peut facilement les combler avec un peu de patience et d’attention. Ce n’est finalement pas si cher payé !

Bilan

Si on résume les grand principes du logiciel libre:

Si le logiciel libre n’a pas pour vocation de le remplacer (et pas non plus les moyens), il offre une alternative interessante au logiciel propriétaire. Lorsque vous rechercher une solution logiciel, renseignez vous en premier du coté des libres. Certains ne bénéficient pas d’une très bonne visibilité mais sont parfois bien meilleurs que leurs homologues payants.

Pour en savoir plus, retrouvez toutes ces notions en détails :

Article publié le 13 juillet 2012 dans la categorie Actu Photo
Tags :

Articles similaires

  • pour compléter un peu la partie développement / financement; il faut noter que certaines sociétés commerciales développent ou participent au développement de logiciels libres.

    Elles ne le font évidement pas par générosité mais par ce cela leur permet de disposer d’un produit gratuit (dont elles peuvent plus ou moins définir les fonctionnalités puisqu’elles participent au projet); produit qu’elles utiliseront, intégreront dans un autre logiciel plus complet, évolué qui lui sera payant. Ou de vendre des services payants.
    Je pense par exemple à la plateforme de développement Eclipse qui sert de base à une série d’autres logiciels commerciaux.

  • Un beau bilan du logiciel libre dans lequel tu fais bien de faire la différence entre libre, c-a-d qui peut etre modifié par des tierces parties, et gratuit (comme le très connu PhotoFiltre ou XNView si je ne me trompe pas) où le code source n’est pas à disposition et sur lequel il existe un copyright.

    Merci pour ce bel article que je vais tweeter immédiatement, avant de finaliser un article qui traitera sur mon blog de ma boite à outils pour photographes en herbe, basée sur l’emploi de logiciels libres et gratuits !

    Aymeric

  • Bonjour,

    À noter que le libre ne s’applique pas qu’aux logiciels :
    http://baiserdelaprincesse.com/index.html
    🙂

    @+

  • @Le Gnou: Très belle initiative !

  • kexp

    Salut,
    chouette article mais quelques points m’ont fait tiquer.
    Tu dis : «
    Les recettes du libre (quand il y en a) sont principalement générées
    par le don. Et le don n’est pas forcement le meilleur modèle
    économique. Si faire de l’argent n’est pas le but du libre, le manque
    de moyenspeu impacter sur le cycle de développement.
    »
    C’est clair, pas facile de comprendre comment faire de l’argent avec
    des logiciels libres. Mais certains en font. Des entreprises ont
    intérêt à faire du logiciel libre car elles se sont rendues compte que
    au final, ça marche mieux. Par exemple :
    – google (chromium, …)
    – Red Hat qui a dépassé le milliard de chiffre d’affaire
    – les entreprise (Nokia et d’autres) qui développent Qt, la librairie
    graphique qui est utilisée pour Skype ou Photoshop

    Et pour des exemples plus communs, Firefox et VLC sont de célèbres
    logiciels libres qui font bosser du monde, salariés (par une fondation
    ou des universitaires) ou passionnés bénévoles.

    Donc pour certains, le libre est un bon moyen de faire de l’argent.
    Mais certains font de grandes choses, même sans aucun salarié. Je
    pense notamment à la distribution linux Debian, mère de Ubuntu, qui
    fait bosser des milliers de développeurs et fournit un travail énorme que
    même la plus grande entreprise ne pourrait pas faire (non non je ne
    m’enflamme pas).

    Ensuite tu dis : «
    Si le logiciel libre n’a pas pour vocation de le remplacer (et pas non
    plus les moyens), il offre une alternative interessante au logiciel
    propriétaire.
    »
    Totalement pas d’accord 🙂 Si, les acteurs du logiciel libre ont
    vocation à remplacer le propriétaire 🙂
    Petite vidéo : Truth Happens http://youtu.be/jOL0fSztpCg
    Et de plus : on peut déjà s’en passer !!! Certes, pas dans des cas
    précis, mais qui sont de moins en moins nombreux. Personnellement je
    m’en passe et ce n’est pas compliqué ! Le tout est d’installer une
    distribution Gnu/Linux sur son ordi, ce qui depuis quelques années est
    vraiment facile. Ma préférence va à LinuxMint.
    http://www.linuxmint.com/
    Alors, puisque tu défends le logiciel libre, à quand la pub pour linux ?!

    Ensuite tu parles d’un pb de distribution des logiciels libres. Je
    n’ai pas du tout ce pb car j’utilise un système libre, et installer un
    logiciel est pris en charge par mon système qui sait où aller les
    chercher. Je n’ai pas du tout ce pb, c’est un pb de windows,
    évidemment.

    ps : je rappelle qu’un système linux est libre, gratuit, et n’a pas de
    virus 😉

    lien : modèles économiques du LL :
    https://www.april.org/articles/livres-blancs/modeles-economiques-logiciel-libre

    lien 2 : un livret un brin vieux mais toujours lisible :
    http://www.livretdulibre.org/

    lien 3 car je l’aime bien : pourquoi facebook est dangereux et ce que
    les logiciels libres feraient de mieux : https://sortirdefacebook.wordpress.com/

fermer la fenetre

Recevez les deux guides pour bien demarrer en photo en vous inscrivant à la newsletter.

Couverture guide PDF
img vide