La balance des blancs

Chaque source de lumière a une couleur qui lui est propre. Même une lumière a priori blanche peut avoir des teintes subtiles de couleurs. En photographie le blanc n’est donc pas toujours… blanc.

Pour obtenir un rendu fidèle à la réalité, il est nécessaire de régler la balance des blancs. Il s’agit d’un réglage qui va compenser la composante chromatique de la lumière pour faire ressortir les « vraies » couleurs du sujet.

Par exemple, un éclairage d’intérieur classique est plutôt chaud (les couleurs tendent vers l’orange/rouge), une surface blanche ressort alors plutôt rougeâtre. Pour que le blanc soit correct à l’image, il faut alors régler la balance des blancs sur « incandescent ». Une composante de bleu est ajoutée à l’image (pour compenser la teinte rouge) et le blanc redevient blanc !

La température de couleur

En physique, la couleur d’une source lumineuse est caractérisée par sa température donnée en Kelvin. La température la plus faible donne des tons rougeâtre et plus elle augmente plus les tons virent au bleu.

(source image: Wikipedia)

Voici un ordre de grandeur des températures pour les sources de lumière les plus communes:

  • 1000K : lueur de bougie
  • 2500K : ampoule à incandescence
  • 3000K : Tube halogène
  • 5000K : flash de photographe
  • 6000K : soleil au zénith

Par habitude, on parle de couleurs chaudes quand les tons sont rouges et froides quand ils sont bleu. Cette façon de parler va donc complètement à l’inverse du sens physique de température. Le sens commun est donc à coté de la plaque mais ne remettons pas ça en cause ce n’est pas le but de cet article !

Le réglage

Le réglage de la balance des blancs consiste à préciser à votre boitier numérique la température de la lumière qui éclaire votre scène. Une fois cette donnée précisée, l’appareil va compenser les teintes de la lumière ambiante pour faire ressortir les couleurs correctement.

Les valeurs des températures données plus haut sont uniquement données à titre informatif car les appareils numériques ont des préréglages dédiés à chaque source de lumière. Il suffit d’aller dans la section du réglage de la balance des blancs dans les menus de votre appareil photo.

Voici quelques exemples de ce que vous pouvez trouver comme pré-réglage:

  • Automatique
  • Incandescent (ampoule classique)
  • Fluorescent (Néon et ampoule basse-consommation)
  • Ensoleillé (plein soleil)
  • Flash (dédié à l’utilisation du flash)
  • Nuageux
  • Ombre
  • Mesurée (balance des blancs manuelle)

A vous d’adapter votre balance des blanc en fonction de la situation. Certains appareils peuvent proposer beaucoup plus de préréglage avec en plus la possibilité d’affiner le réglage en choisissant l’intensité de la correction.

Le paramétrage manuel

Les valeurs préprogrammées ne sont pas toujours suffisantes. Par exemple dans le cas d’un éclairage mixte ou lorsque les préréglages ne sont pas suffisamment précis. Il est alors nécessaire de faire une balance des blancs manuelle. C’est à dire une mesure des teintes de la lumière ambiante.

Pour savoir ce qui est blanc ou pas il vous faut une référence: une surface sans aucune composante chromatique (donc blanche ou grise) qui sert d’étalon pour l’appareil. Il existe des mires prévues à cet effet mais vous pouvez utiliser n’importe quel objet tant qu’il n’est ni coloré ni complètement noir (une feuille de papier peut faire l’affaire par exemple).

La marche à suivre est la suivante:

  • Réglez votre appareil en balance des blancs manuelle
  • Placez votre référence (mire ou autre) dans la scène à la place de votre sujet
  • Cadrez-la pour quelle occupe tout le viseur et déclenchez
  • L’appareil analyse ce cliché et règle en conséquence la balance des blancs

Exemple: les deux photos suivantes ont été prises dans les mêmes conditions d’éclairage et avec la même exposition. Seule diffère la balance des blancs.

Les couleurs diffèrent selon la balance des blancs

A gauche, la balance des blanc est réglée en automatique et à droite avec une mesure manuelle. Le ton global de l’image est jaune/orangé à gauche alors que les couleurs sont mieux respectées à droite.

Détourner la balance des blancs

Le réglage de la balance des blancs permet donc de faire des photos avec des couleurs au plus près de la réalité. Mais en photo, obtenir la réalité n’est pas toujours l’objectif ! Il est aussi possible de détourner ce réglage pour obtenir des effets de couleurs créatifs.

L’exemple précédant montre une utilisation intéressante de la balance des blancs: en trichant, il est possible de donner un ton particulier à l’image. La photo de gauche est moins fidèles que celle de droite mais elle à un ton globalement plus chaud. C’est intéressant pour faire passer l’idée d’une atmosphère chaleureuse. Vous pouvez donc préférer le réglage de gauche même si les couleurs sont moins proches de la réalité.

Le réglage de la balance des blancs ajoute une composante de couleur qui compense la teinte naturelle de la lumière qui éclaire la scène. En choisissant un réglage volontairement abusif, on peut alors jouer sur la composante et modifier les teintes de l’image.

Exemple: La série de photo ci-dessous à été prise sous un éclairage incandescent (ampoule classique). Seule la balance des blancs varie d’un cliché à l’autre (tous les autres réglages restent identiques).

La balance des blancs change l’aspect général

Vous noterez qu’ici, le mode « automatique » s’en sort plutôt bien. Ce qui est le cas dans la plupart des situations.

Ces images montrent très bien la différence d’ambiance induite par la balance des blancs.

  • Le réglage « fluorescent » donne un résultat assez intéressant avec une image complètement rose. Aspect intéressant pour tout ce qui s’approche du thème de l’enfance, des sucreries,…
  • Le réglage « ensoleillé » quand à lui peut servir à réchauffer des couleurs un peu faiblarde.

La grosse difficulté est jouer sur ce réglage est qu’il faut en connaitre les conséquences. Le résultat dépend de l’éclairage et il n’est pas évident de savoir qu’un éclairage incandescent avec une balance réglée sur Fluorescent donne des teintes roses…  Il faut donc déjà bien connaitre les principes de bases pour pouvoir les détourner.

Exemple: Reprenons le cas précédent mais avec un autre éclairage. Cette fois-ci, la scène est éclairée par le soleil:

Les mêmes réglages en extérieur

La composante bleue du réglage « incandescent » est ici très visible, les nuances avec les autres réglages le sont beaucoup moins.

Post traitement

Nous l’avons déjà vu, l’utilisation du format RAW permet de s’affranchir du réglage de la balance des blancs lors de la prise de vue. Contrairement au JPG, le RAW permet de retravailler la balance des blancs en post-traitement sans perte d’informations (et donc de qualité). Donc si vous shootez en RAW, vous pourrez corriger les blancs tranquillement en post-traitement. Vous profiterez alors d’un réglage plus fin et mieux contrôlé.

Notez ici que je vous parle de balance des blancs car c’est le thème de l’article mais le post-traitement permet de gérer la couleur avec d’autres outils. Il est possible de retravailler les teintes avec des filtres ou avec les courbes par exemple.

Conclusion

La balance des blancs est une notion finalement assez simple une fois qu’on en a compris le principe. Par contre les difficultés commencent lorsque qu’il est question de la détourner.

La maîtrise des couleurs en photographie numérique commence par la balance des blancs. Même s’il existe bien d’autre moyen de jouer avec les couleurs, ce paramètre peut véritablement faire la différence entre un cliché raté et une réussite.