Comprendre l’histogramme

Si vous fouillez un peu dans votre appareil photo, vous êtes surement déjà tombé sur un graphique un peu bizarre répondant au doux nom d’histogramme. Dans cet article, nous allons nous intéresser à cet outil et aux services qu’il peut nous rendre.

Qu’est ce que c’est ?

L’histogramme est une représentation graphique de la répartition de la luminosité sur une photo. Chaque graphique est propre à une photo.

Une photo avec son histogramme

En photo numérique classique (comprennez 8bits), la luminosité est donnée sur une échelle de 0 à 255. Le zéro correspond à la valeur la plus sombre et le 255 à la luminosité la plus forte. L’axe horizontal de l’histogramme correspond à cette échelle de valeur (entre 0 et 255). La hauteur des barres dépend du nombres de pixels dans l’image pour une luminosité donnée. Ainsi, pour un ton donné: plus la barre est haute, plus ce ton est présent sur l’image.

Comment voir l’histogramme ?

Deux solutions pour accéder à l’histogramme:

  • Directement sur le dos de l’appareil photo juste après la prise de vue. Je vous renvoie vers la notice de votre appareil si vous ne savez pas le faire.
  • Avec un logiciel de retouche photo. Sur Gimp: menu Couleurs > Informations > Histogramme ou en réglant les niveaux ( Couleurs > Niveaux ).

L’exposition et  l’histogramme

La simple lecture de l’histogramme permet de visualiser de façon graphique l’exposition d’une photo avec une grande précision. En effet, en observant la répartition de la courbe, on peut tout de suite déterminer à quel type de photo on a à faire.

Exposition Histogramme
Exposition Idéale Tous les tons sont représentés, des tons clairs aux tons sombres avec une bonne dose dans les tons moyens.
Sur exposition La courbe est décalée vers la droite (vers les tons clairs). La courbe est coupée à droite ce qui indique que certaines zones de l’image sont cramées.
Sous exposition La courbe est décalée vers la gauche (vers les tons sombres). La courbe est coupée à gauche ce qui montre que certaines zones de l’image sont bouchées.
Faible contrastes Les valeurs sont regroupées vers le centre, il y a peu de tons très clairs ou très sombres. Le rendu à l’image est un peu fade.
Fort contrastes Les tons clairs et les tons sombres sont largement représentés. Peu de valeurs au centre: l’image est très contrastée.
Photo retouchée L’histogramme en « peigne » est significatif d’un post traitement un peu trop poussé. Les pics sur la courbe sont représentatifs d’une perte de données.

A quoi ca sert ?

Vous vous dites surement que ce n’est pas la peine d’avoir un graphique aussi compliqué pour vérifier l’exposition d’une photo. Et bien dans certains cas si ! Après la prise de vue, l’image s’affiche sur l’écran de l’appareil.  Malheureusement on ne peut pas faire totalement confiance à l’écran car il n’offre pas une qualité suffisante pour apprécier tous les détails de l’image. Un rapide coup d’oeil sur l’histogramme permet donc de vérifier de façon sûre que l’on est pas dans les choux du coté de l’exposition.

Quand la scène offre une dynamique trop grande (grand écart entre les faibles et les hautes lumières), l’histogramme permet de vérifier les limites du capteur. Si l’histogramme « déborde » beaucoup des deux cotés, il faut s’orienter vers une photo en HDR.

Lors du post-traitement, il est toujours intéressant de regarder l’histogramme après une correction ou l’application d’un filtre. Ca permet de voir si l’image n’a pas trop souffert. Si l’histogramme est vraiment déformé, c’est peut être que vous avez été trop loin dans votre réglage. Ca vous permet de vous fixer des limites.

Les limites

Attention à ne pas faire une confiance aveugle à l’histogramme, par exemple un paysage de nuit aura un histogramme naturellement décalé vers la gauche (vers les tons sombres) sans pour autant être sous-exposé. En effet, le ciel noir ajoute un grand nombre de pixels sombres à l’image.

Le but est d’avoir une photo qui marche, si son histogramme est moche ça n’a pas beaucoup d’importance. Par exemple en low key ou en high key, l’histogramme est complètement décalé d’un coté ou de l’autre mais c’est complètement normal.

Conclusion

L’histogramme permet de vérifier l’exposition d’une photo avec une grande précision. Ce graphique donne une grande quantité d’informations pour affiner à la fois la prise de vue et le post-traitement. Mais une fois de plus, il ne faut pas laisser de coté le jugement de l’oeil au profit de la technique pure.