Peut-on vivre sans reflex ?

Voici quelques années que les compacts experts percent sur le marché des amateurs avertis. Il faut dire que ces appareils ont de sévères arguments : une bonne qualité d’image et une possibilité de personnalisation, le tout dans un encombrement réduit, il y a de quoi faire saliver pas mal de photographes.

Il y a environ un an, j’ai fait l’acquisition d’un de ces appareils : le Sony RX100. L’objectif était d’avoir un appareil qui se glisse dans la poche pour pouvoir barouder ou en complément d’un reflex en cas de besoin.

compact-sony-rx100

Le Sony RX100 dans sa deuxième version

Si vous êtes un peu juste sur le budget, je vous invite à éviter le mark 3 au profit du mark 2. Comme il s’agit d’un modèle un peu plus ancien, vous le trouverez facilement sous la barre des 400€. Ça en fait un très bon rapport qualité prix.

Après quelques mois à tester l’appareil, je dois dire que j’ai été bluffé par le résultat. Le compact n’avait pas grand chose à envier à mon reflex mais ce dernier n’était jamais loin. Jusqu’au jour où tout a basculé…

A l’occasion d’un voyage , j’ai dû faire le choix déchirant de laisser le reflex au profit du compact pour deux semaines complètes ! La décision fut rude mais c’était l’occasion de tester en conditions réelles et sans solution de secours les capacités d’un compact expert. Et sans vouloir dévoiler la conclusion de ce test, le compact s’en est plus que bien sorti.

Des petits défauts…

Comme je l’ai dit plus haut, le résultat a été plutôt favorable mais j’ai quand même eu quelques soucis.

L’aspect le plus gênant lorsque l’on est habitué au reflex est la visée. C’est pour moi le point fort du reflex: la visée permet de s’isoler et permet de composer avec une très grande précision. Sur le RX100 mark II, seul l’écran arrière permet de cadrer. Et même s’il est plutôt bien conçu, il n’est pas rare d’avoir des reflets qui viennent perturber la visée. Chose intrigante, j’ai remarqué que beaucoup de mes photos n’étaient pas tout à fait horizontales (chose très rare avec le reflex), je ne saurais pas dire si c’est lié au fait de viser à travers un écran au lieu d’un viseur mais j’ai dû redresser beaucoup de mes clichés en post-prod.

L’autre problème vient de la mise au point. Dans l’ensemble, l’appareil s’en sort très bien mais les soucis arrivent lorsque le cadrage devient plus complexe. La plupart du temps, l’appareil fait le choix le plus logique et ça marche bien mais lorsque les photos se veulent un peu plus créatives, la logique n’est pas toujours la meilleure des règles.

mise-au-point-plan

Ici la mise au point est sur le premier plan alors que je la voulais sur le fond.

Le problème devient vraiment délicat en macro où un écart même minime de mise au point dénature totalement l’image. C’est probablement la situation où le compact montre le plus ses limites face au reflex. La mise au point manuelle est impossible (ou du moins trop peu ergonomique pour être exploitable) et l’autofocus est bien trop lent pour saisir les insectes qui ne savent pas se tenir. La seule solution que j’ai trouvée : mitrailler en déplaçant l’appareil : ce n’est pas très subtil mais ça marche !

macro-rx100

La macro est possible mais au prix de nombreux essais

Ces difficultés dénotent un problème plus large des compacts : l’ergonomie. Certaines fonctions se retrouvent cachées dans des sous menu alors qu’elles sont accessibles directement par un bouton sur un reflex. Une fois de plus, pour les photos « classiques », l’appareil s’en sort très bien mais dès qu’il faut mettre les mains dans le cambouis c’est tout de suite plus complexe. Moi qui utilise beaucoup la correction d’exposition sur mon reflex, je m’en suis passé la plupart du temps ici car le réglage n’était pas assez rapide.

Bon il faut tout de même relativiser tous ces défauts car la plupart est tout simplement liée à l’essence même du compact. Ne pas prendre de place impose des choix de conception qui limitent par principe les capacités techniques. On ne peut pas imaginer recouvrir un appareil de bouton pour accéder rapidement aux différents réglages.

… et des gros bons points

Gardez bien en tête que les soucis que je liste ci dessus ne gâchent absolument pas cette expérience. D’abord le contrat de la compacité est bel et bien rempli : l’appareil est très petit et rentre dans une poche. Je l’ai d’ailleurs exclusivement transporté de cette façon. Et il faut dire que par rapport à un reflex, c’est particulièrement appréciable ! Oubliez la sangle qui vous coupe la nuque ou le bras fatigué en fin de journée : l’appareil est au fond de votre poche, prêt à être dégainé à tout moment !

marseille-golden-hours

Il aurait été dommage de rater cette vue du nouvel Hollywood !

Pour ce qui est de la qualité d’image, c’est là que j’ai vraiment été bluffé. L’image est très propre et l’appareil permet même des prises de vue au format RAW. Même en poussant les ISO en basse lumière, le bruit se fait discret et l’autofocus accroche son sujet sans problème.

couche-soleil-rx100

La réactivité est également au rendez-vous. Moins qu’un reflex tout de même mais le temps entre l’allumage et la prise de vue reste suffisamment faible pour être réactif face aux imprévus. Petit bémol tout de même, certain traitements son un peu longs et immobilisent l’appareil (le HDR par exemple).

Le dernier gros avantage est purement pratique. Sur le RX100, la batterie se charge via un port USB standard (un micro USB Type B pour les passionnés du sujet !). Ça veut dire que vous pouvez recharger téléphone, tablette ou liseuse avec le même câble, soit encore un peu de volume gagné dans votre valise !

Conclusion

Partir en voyage sans mon reflex était inenvisageable avant de tester un compact expert de bonne qualité. Je dois avouer que ces deux semaines m’ont vraiment fait changer d’avis. Ce test grandeur nature fut une véritable réussite. Notez que cet appareil n’est pas le plus performant du marché dans sa gamme et qu’il est donc possible d’avoir mieux (vous trouverez un très bon comparatif sur lesnumeriques.com).

Même si certaines situations m’ont frustrées (la macro en particulier), où j’aurai aimé avoir un reflex sous la main, l’avalanche d’avantages offerts en contrepartie a changé ma vision de la photo de voyage. Moi qui suis un grand partisan du voyage ultra light, je me demande même si mon reflex sera encore de la partie lors de mes prochaines escapades…

Article publié le 12 novembre 2016 dans la categorie Prise de vue
Tags :

Articles similaires

fermer la fenetre

Recevez les deux guides pour bien demarrer en photo en vous inscrivant à la newsletter.

Couverture guide PDF
img vide