Boîte à Photos basse lumière: la synthèse

La neuvième édition de la Boîte à Photos sur les basses lumière prend fin. Il est maintenant l’heure d’en faire le bilan.La boite à photo

Il n’y a pas de miracle, les principes de la photo sont les mêmes pour tout le monde. Nous avons tous plus ou moins la même méthode : augmenter la sensibilité (mais pas trop pour éviter le bruit), augmenter l’ouverture (selon l’objectif) et augmenter le temps de pose (mais pas trop pour éviter les mouvements). La distinction se fait dans la façon d’appliquer ces paramètres, de les borner et de les exploiter.

S’en sortir sans lumière

La lumière manque, c’est un fait, alors comment faire pour s’en sortir ? Anne Laure nous propose sa recette idéale. Pousser la sensibilité à 400ISO mini et ouvrir le plus possible. Son conseils de pro, c’est d’utiliser une focale courte qui réduit les risques de bougé.

C’est l’idée que l’on retrouve également dans les « plans » d’Alexandra. Elle nous donne quatre méthodes pour capturer le sujet qui se cache dans les basses lumières :

IMG_5227

Ajouter de la lumière

Comme le précise très justement Marc, il n’est pas question de s’arrêter de photographier quand nous manquons de lumière. Loin de là ! Sa proposition est toute simple : s’il n’y a pas assez de lumière, ajoutons-en ! C’est un véritable cours de photo que nous offre Marc en montrant de façon progressive comment il est possible d’améliorer une prise de vue en gérant correctement un flash cobra. Partant d’une photo sans flash, il obtient un résultat très intéressant avec le réglage de flash et le post-traitement adapté.

bap-flash-5

Rester créatif

Une photo de nuit ne se pense pas ni se compose comme une photo de jour. Il faut adapter l’œil à cet environnement qui diffère de ce que l’on voit habituellement. Anne Laure nous conseille d’aller chercher la lumière où qu’elle soit et de la répartir dans le cadre pour une composition maîtrisée. Outils qui peuvent être exploités, le flou et la température de l’éclairage permettent respectivement de jouer sur les formes et les couleurs pour créer des compositions très graphiques. Son conseil pratique, c’est de sortir quand il ne fait pas beau ! Quitte à prendre froid, Anne Laure profite de la pluie, du brouillard et de la neige pour faire des photos encore plus intéressantes. Qui a dit que la photo est facile !

Nuit06

Laurence profite aussi de la nuit pour faire travailler sa créativité. Dans son article elle nous explique ses astuces pour donner une atmosphère particulière aux photos de nuit. Pour une plus grande liberté d’action et avoir plus de réactivité, elle conseille de ne pas utiliser le trépied. Pour vous s’offre alors deux possibilités : vous pouvez vous entraîner à déclencher en évitant les mouvements de l’appareil et ainsi conserver le maximum de netteté. A l’inverse vous pouvez pousser un peu plus le temps de pose et forcer le mouvement pour obtenir des photos psychédéliques. Une façon de profiter des conditions lumineuses difficiles pour faire des photos qui sortent de l’ordinaire.

FaibleLumiere4

C’est également le message que j’ai essayé de vous faire passer dans mon article : utiliser la contrainte de la faible lumière pour essayer de nouvelle techniques. La pose longue, la photo minimaliste, les grandes ouvertures,… il y a plein de pratiques qui s’appliquent particulièrement à la photo de nuit.

poutre-lumiere

Exploiter le peu de lumière qui nous entoure

Autre exemple de créativité : le filé. Aymeric nous invite à profiter de la faible lumière pour faire des poses longues et tracer des lignes de lumière sur des paysages urbains. Pour la technique, choisissez un grand angle, une ouverture moyenne et un temps de pose élevé (évidemment!). Pour le paysage choisissez un axe routier avec un arrière-plan intéressant. Posez l’appareil sur un trépied et déclenchez avec une télécommande (ou a défaut utilisez le retardateur) pour réduire les mouvements.

la_defense_paris

Pour un résultat plus percutant, profitez des heures bleues (heures suivant le couché du soleil). La luminosité y est suffisamment importante pour voir l’arrière plan, et suffisamment sombre pour que les éclairages urbains soient allumés.

Gérer le bruit

Dans une atmosphère sombre, il est impératif de pousser la sensibilité. Et qui dit ISO élevé dit bruit important. Pour contrer cela, Laurence nous offre deux astuces. La première est d’utiliser le noir et blanc. Ça supprime une partie du bruit (le bruit chromatique) et ça permet d’ajouter un certain cachet à l’image. Par contre, il faut anticiper le post-traitement et composer la photo en sachant qu’elle sera en noir et blanc. Sa deuxième astuce est plus radicale : il s’agit tout simplement d’assumer le bruit dans le processus créatif. Il fait partie de la photo et en soi il n’est pas gênant et ajoute un certain sens à l’image.

Certaines situations imposent l’augmentation de la sensibilité et donc du bruit. Mais le bruit n’est pas une fatalité car il est possible de l’atténuer en post-traitement. C’est ce que nous montre Laurent en prenant en exemple une photo de concert. Il nous explique en vidéo sa méthode sur lightroom. En post-traitement, le bruit et la netteté sont intriqués : quand le bruit diminue, la netteté aussi. Il faut donc traiter l’un en pensant à l’autre. En partant d’une photo avec une sensibilité relativement élevée (1600 ISO), il rattrape une partie du bruit.

apprendre-photo-bruit

Conclusion

Les conditions de basses lumières sont particulièrement complexes à gérer car c’est une situation qui va à l’encontre de la photo traditionnelle. Au travers de tous les articles de cette 9eme édition, les membres de la Boîte à Photos ont pu vous démontrer qu’il est possible de s’en sortir et de se faire plaisir dans une situation difficile.

Encore une fois, la Boîte à Photos démontre qu’il est possible de traiter un même problème photographique de façons complètement différentes. Que l’on soit pro ou amateur acharné,  nous développons avec l’expérience des techniques pour s’adapter aux situations difficiles et il n’y a finalement pas de bonne ou de mauvaise façon de faire, juste des visions différentes de la photo. Mais dans tous les cas, le but est le même: se faire plaisir en photographiant et obtenir des images qui nous parlent.

Inventaire

Pour finir, retrouvez tous les articles auxquels je fais référence dans cet article. J’ai essayé d’extraire deux conseils pour chacun d’eux

Anne LaurePhoto de nuit et basse lumière. Astuce de PDV

LaurencePhotographier en faible lumière

AlexandraMes plans pour prendre des photo en basse lumière

AymericPhotographier les traînées lumineuses

LaurentTraiter une photo en basse lumière sous lightroom

MarcPas assez de lumière : utilisez un flash

AntoineÊtre créatif quand il n’y a pas de lumière

Article publié le 5 décembre 2013 (dernière révision le 23 novembre 2016) dans la categorie Actu Photo
Tags :

Articles similaires

  • laurents91

    « Plan B : Utiliser un trépied et sous exposer légèrement pour éviter de cramer les lumières les plus vives »
    n’est ce pas exactement le contraire d’exposer à droite ? J’étais persuadé que la dynamique des capteurs était telle que moins d’information était stockée pour les parties sombres de l’image

  • laurents91: Tu as raison, exposer à droite permet de stocker plus d’informations de luminosité.

    Il s’agit ici d’un probleme legerement different qui est lié aux photos de nuit. La nuit les hautes lumieres sont souvent cramées car l’exposition est mesurée de façon moyenne. Une fois cramé, la perte des détails est irreversible (même en baissant la luminosité en pot-traitement) et donc il faut sous-exposer.

  • laurents91

    à ceci je répondrai qu’il « suffit » de ne pas faire l’exposition de façon moyenne mais sur la plus haute lumière et d’exposer légeremment à droite
    ça c’est la théorie quoi… dans la réalité c’est délicat mais j’ai quand même remarqué que globalement il vaut mieux écrêter un peu à droite pour avoir de beaux noirs. Cela implique de bien connaître son boîtier ainsi que son logiciel de dérawtisation et de faire assez peu confiance dans le jpeg qui sort sur l’écran de l’appareil en plus de son RAW

  • Merci Antoine,a tous les participants pour ces conseils très utiles.

  • @laurents91: je suis complettement d’accord avec ta méthode. Dans la pratique c’est un peu complexe de mesurer la lumiere la plus haute. On doit en etre proche en faisant une mesure spot sur le point le plus lumineux.

fermer la fenetre

Recevez les deux guides pour bien demarrer en photo en vous inscrivant à la newsletter.

Couverture guide PDF
img vide