Cadrer, recadrer et composer

Nous voici dans un gros morceau de la photo : la composition. C’est probablement l’élément le plus important à maîtriser mais aussi le plus complexe à présenter. Nous allons quand même essayer de voir comment ça marche.

Définition

La composition peut se définir simplement comme la façon d’agencer les différents composants de l’image. Il faut voir la composition comme un ensemble de choix faits par le photographe sur la disposition de ce que vous voyez à l’image. C’est fondamental dans la construction de l’image.

Nous avions déjà vu et revu l’importance de l’exposition au travers de plusieurs articles. Si l’exposition est par bien des aspects une approche très technicienne de la photo, la composition en est sa composante artistique. Ça ne veut pas pour autant dire que les deux sont indépendantes, elles s’entremêlent sans arrêt et la maîtrise des deux est indispensable dans la création d’image.

Composons !

Plutôt que de longs discours, traitons un exemple simple. Nous allons essayer d’analyser l’image et de voir ce que nous aurions pu en faire d’autre.

Il est assez simple de décrire l’image :

  • Un bateau navigue sur une eau calme
  • L’eau court jusqu’à l’horizon
  • Quelques morceaux de terre sont visibles à gauche
  • Un ciel de soleil couchant surplombe l’ensemble

Voilà ce que nous pouvons dire de l’image de façon purement descriptive mais essayons d’aller un peu plus loin. Il n’y a pas beaucoup de choses à l’image mais il est possible de leur donner du sens.

La ligne d’horizon suit une règle des tiers plutôt stricte. Que le ciel n’occupe qu’un tiers de l’espace n’est pas anodin : ça montre l’importance de la mer dans le cliché. Inverser la proportion mer/ciel aurait donner un autre sens à l’image. Ici le bateau est enfermé dans son espace : il n’a symboliquement pas assez d’air pour s’échapper. Pour l’instant il n’est pas au top…

Si vous faites bien attention aux tons de la mer, le coté gauche est plus sombre que le droit. Même s’il est hors champ, on devine le soleil à droite du cadre. La trajectoire du bateau, marquée par son sillage, s’en éloigne. Notre marin quitte la lumière pour les ténèbres, nous pouvons là encore y voir un symbole.

Enfin pour finir d’appuyer cette idée, le bateau vient vers nous. Il ne cherche pas à s’échapper vers le ciel mais à s’enfoncer encore plus dans la mer.

Nous pourrions continuer encore longtemps et trouver des symboles un peu partout mais j’espère que vous avez compris où je veux en venir : la composition a un sens. Et même s’il est intuitif la plupart du temps, le message de l’image ne peut passer que par la construction de l’image.

Les variations de cadre

Maintenant que nous avons trouvé du sens à cette image, il est intéressant de se demander comment il peut changer selon d’autres choix de composition. Sans changer de point de vue, d’heure, ou de lieu, nous allons voir quels impacts peuvent avoir un « simple » changement dans l’agencement des éléments de l’image.

Pour une image bien plus fermée, nous pouvons choisir d’extraire complètement le ciel. Le cadre est plus serré sur le bateau, les tons bien plus uniformes. Nous perdons l’aspect coloré du soleil couchant pour une image plus sombre.

Nous pouvons aussi changer le sens du bateau pour changer la dynamique du sujet (ici il s’agit d’une symétrie mais il est souvent possible de « déplacer » un sujet en cadrant différemment).

Enfin nous aurions pu aussi ne pas prendre le bateau en photo. La photo reste intéressante même si le sujet n’est plus du tout le même.

Dans les quatre cas, la situation est toujours la même et plutôt simple : un bateau, de l’eau et le ciel. Pourtant le sens de l’image varie énormément entre les images. Cela veut dire qu’en tant que photographe, vous pouvez choisir une interprétation de ce que vous avez devant les yeux.

Si j’ai pu trouver quatre variantes d’une scène aussi simple, imaginez les possibilités créatives d’une scène beaucoup plus détaillée.

Le photographe reste maître

Les exemples précédents ont été réalisés en post-traitement grâce à la magie du recadrage (preuve que le recadrage n’est pas qu’un acte technique mais aussi créatif) mais il aurait été possible de faire ces ajustement de composition lors de la prise de vue.

Le message c’est qu’en tant que photographe, vous avez la main sur votre environnement. Vous ne pouvez pas bouger physiquement les éléments de votre scène mais vous pouvez vous bouger vous ! Vous voulez aligner une montagne avec un lampadaire ? Décalez vous de quelques pas et c’est bon. N’ayez pas peur des positions ridicules : c’est pour la bonne cause !

Le code pénal du photographe

Je suis rapidement passé en début d’article sur la règle des tiers. C’est probablement la règle de composition la plus connue et la plus appliquée. Elle a l’avantage d’être simple à appliquer et particulièrement impactante. Il en existe d’autre mais le but n’est pas de les exposer ici.

Apprenez à manipuler ces règles et surtout, dès que vous le pouvez, émancipez-vous ! La composition d’une image doit garder un aspect personnel et sensible. De la même façon qu’en cuisine, il faut parfois modifier une recette pour la rendre à son goût, appropriez-vous les règles de composition pour les ajuster à votre besoin.

Bilan

La composition doit vous demander beaucoup d’attention car c’est par elle que vous construisez le message de l’image. Les variantes sont quasi infinies et c’est votre choix qui façonne l’identité de votre photo.

En conséquence, si la composition est un choix, ça implique que la photo n’est pas la capture d’une scène mais seulement une de ses interprétations. Cela écarte de fait l’objectivité du photographe. Et c’est là que ça se complique (et que ça devient vraiment intéressant) : la composition n’est pas un outil descriptif mais le porteur d’une vision artistique.

A lire également