Making of: Panoramique et parapente

Avec cet article, j’inaugure une série intitulée « making of ». Je vous propose de disséquer une photo issue de ma photothèque pour voir ce qu’elle cache. L’idée c’est de découvrir quels choix pratiques, techniques ou de traitement m’ont amené à ce résultat. Ce ne sont pas forcément mes photos favorites mais celles qui présentent des contraintes de prise de vue. C’est un prétexte pour évoquer les techniques que j’utilise et comment je me sors de situations délicates. J’espère ainsi vous donner des astuces pour réaliser vos images et éviter de tomber dans les même pièges que moi.


Pour cette première, je vous propose de faire un petit tour dans les airs avec ce panoramique:

Cliquez sur l’image pour voir en plus haute résolution

Appareil : Compact Sony RX100
Sensibilité : 125 ISO
Ouverture : F/6,3
Temps de pose : 1/500s
Focale (équivalent plein format) : 28mm
Mode expo : auto

Situation

La photo a été prise vers 14h. Je sais, nous sommes très loin des golden hours avec sa lumière diffuse et chaudement colorée mais on ne fait pas toujours ce qu’on veut… Finalement, la lumière crue du début d’après midi n’est pas ici trop gênante car les ombres tranchées sont inexistantes (ou presque).

Il faut dire que le lieu y est pour beaucoup dans cette image. La photo a été prise sur les hauteurs du lac d’Annecy proche de l’aire de décollage de vol libre. Le panorama est plutôt sympa de base mais ça ne suffit pas pour faire une belle image…

Exposition et luminosité

Je ne vais rien vous apprendre si je vous dis qu’il s’agit d’une photo panoramique. Ce choix de ratio d’image est très impactant pour les paysages mais il impose quelques contraintes. J’ai pris cette photo avec le compact Sony RX100 et son mode panoramique intégré. Sur le papier ce mode facilite la vie car il évite l’assemblage panoramique en post-traitement mais il impose deux contreparties néfastes.

Le premier soucis est l’obligation d’utiliser l’exposition automatique. C’est donc l’appareil qui décide de tous les paramètres de prise de vue. Oubliez donc le contrôle de l’exposition, si vous avez une envie précise c’est raté…

L’autre contrainte vientt de l’effet de rafale du panoramique qui impacte fortement la composition…

Composer un panoramique

Vous avez probablement déjà eu cette pensée en voyant vos photos de retour de ballade : c’était quand même vachement plus beau en vrai ! Aussi beau soit le paysage, il ne fait pas une bonne photo.  C’est souvent parce qu’il manque quelque chose. Un petit truc qui attire l’œil et donne un peu de volume à l’image. Ici c’est ce que j’ai voulu faire en ajoutant au premier plan un parapentiste.

Problème : le parapentiste bouge. Pour une photo classique ce n’est pas un problème : il suffit d’attendre qu’il soit placé au bon endroit ou d’attendre le suivant. Impossible ici car il s’agit d’un panoramique. Il faut prendre une dizaines de photos pour couvrir tout le panorama. Il faut donc anticiper la trajectoire du parapentiste pour le capturer au bon endroit, au bon moment sur une et une seule image du panoramique.

Pour faire un panoramique, l’appareil assemble les images en utilisant des points de repères fixes. Si un élément de l’image bouge d’une photo à l’autre, alors il risque d’être tronqué, flou ou tout simplement absent de l’image finale. Il est alors important que le parapente soit sur une unique photo du panoramique, ce qui est quasiment impossible en mode auto.

La composition n’est pas simple et pour être totalement honnête : je n’ai tout simplement pas réussi à obtenir ce que je voulais… J’ai dû tricher pour atteindre ce résultat. Voici l’image que j’ai prise en réalité ce jour là :

Pour le cadrage du parapente c’est raté… après plusieurs essais infructueux j’ai choisi une autre stratégie : la retouche photo.

Tricher avec Gimp

C’est ainsi que le panoramique est passé sur la table d’opération numérique. Avec Gimp j’ai supprimé le parapente du panoramique et je l’ai remplacé par celui d’une autre prise.

Une autre photo avec le parapente seul

Concrètement j’ai utilisé l’outil de correction pour effacer le parapente du panoramique. L’opération est plutôt simple car le fond quasiment homogène (le ciel).

J’ai ensuite copié le parapente de la seconde image et je l’ai intégré à ma composition en jouant avec un masque de calque (en détourant grâce aux contrastes). La seule difficulté a été de récupérer les suspentes car elles étaient trop fine pour être détourées. Je les ai alors redessiné avec des lignes droites au pinceau en réduisant au maximum la taille de la brosse.

Traitement

Pour finir, j’ai ajouté une petite couche de polish en corrigeant légèrement la luminosité avec les courbes, ajouté un vignetage et nettoyé tous les petits détails qui ne servaient à rien à grand coup de tampon correcteur.

Conclusion

L’image est relativement simple à l’aspect mais montre quand même plusieurs difficultés.

Pour résumer:

  • Les objets en mouvements demandent une grande attention pour la création d’images panoramiques (d’autant plus avec les modes auto intégrés de l’appareil)
  • Un premier plan donne du relief à un paysage et le rend plus intéressant.
  • Quand vraiment l’effet n’est pas réalisable à la prise de vue: prévoir un plan B (ici, il fallait prévoir une photo d’un parapente seul pour l’intégrer au panoramique)

Coté composition il manque encore un petit quelque chose du coté de l’équilibre. Le premier plan à gauche est inintéressant (aplat d’herbe) et mériterai de disparaître. Avec l’image actuelle, le recadrage n’est pas possible (pas assez large) mais si je retourne à cet endroit, il faudra y remédier…

A lire également