La pose longue

Nous l’avons déjà vu, le temps de pose dépend de votre environnement (quantité de lumière, répartition des éclairages,…) mais aussi de la façon dont vous faites interagir les paramètre de prise de vue (ouverture, sensibilité, la focale,…). Faire le choix d’une pose longue, c’est s’affranchir de ces contraintes, c’est forcer volontairement la pose à son maximum dans l’intérêt artistique de l’image.

Dans cet article nous allons voir comment faire de la pose longue et comment passer outre les contraintes habituelles de l’exposition.

Qu’est ce que la pose longue ?

Commençons par le commencement: comment définir la pose longue ? La question peut paraître simple mais la réponse nécessite quelques subtilités.

Il n’existe pas de valeur déterminée au-delà de laquelle on parle de pose longue. Est-ce que 1/10s est un temps de pose long ? A priori non mais réglez le temps de pose à 1/10s pour une photo de mouvement et le résultat sera complètement flou. A l’inverse, pour la photo de nuit, 1/10 s peut être considéré comme classique et pas spécialement long.

La technique de la pose longue dépend donc du contexte. On peut considérer qu’on parle de pose longue lorsque le temps de pose est volontairement augmenté par rapport à ce qui est nécessaire (là encore il faudrait définir ce qu’est un « temps de pose nécessaire » mais je vais m’arrêter là car ce serait sans fin !). En gros, c’est quand le temps de pose est trop long par rapport à ce qui se fait d’habitude dans les mêmes conditions.

Pourquoi la pose longue ?

La première chose à laquelle on pense quand il s’agit de longue pose c’est la lumière. Plus le temps de pose est long et plus la photo est lumineuse. C’est un des principes de l’exposition. La pose longue est donc une méthode pour capter le plus de lumière possible.

Si cette pratique permet de capter beaucoup de lumière, ce n’est pas pour ça qu’on l’utilise le plus souvent (en tout cas pas seulement). La pose longue est surtout une façon de jouer avec le flou généré par les mouvements. Ainsi elle permet de retranscrire le temps qui passe en montrant la trajectoire des sujets en mouvements.

pose longue phare

Plus le temps de pose est long et plus les sujets en mouvement apparaissent flous. En partant de ce principe, il est alors possible de « nettoyer » une scène de tous ses éléments parasites (à conditions qu’ils soient en mouvement). C’est intéressant par exemple sur les sites très fréquentés où il est impossible d’avoir une photo sans personne.

pose longue colisee foule

La foule est atténuée par une pose de 25 secondes

Enfin, c’est une façon de magnifier les prises de vue avec de l’eau en mouvement. Les cascades, rivières ou océan apparaissent complètement lisses grâce à l’effet de filé. C’est très classique mais ça marche très bien !

pose longue cascade

Cascade en pose longue: exercice obligé du photographe !

Régler l’appareil

La prise de vue en pose longue va à l’encontre de l’habitude. En effet, l’appareil est programmé pour garder un temps de pose le plus bas possible (pour réduire les flous de mouvement). Ne comptez donc pas sur le mode automatique pour vous faire des poses longues ! Pour vous en sortir, deux possibilités : vous pouvez utiliser le mode priorité vitesse ou le mode manuel.

Commencez par essayer avec le mode priorité vitesse (c’est le plus simple à utiliser). Vous fixez le temps de pose et l’appareil va adapter l’ouverture en conséquence. Si vraiment ce mode est mis en défaut (si l’appareil n’arrive pas à obtenir une exposition correcte) alors passez au mode manuel.

Vous pouvez également régler l’appareil en mode priorité ouverture en choisissant une petite ouverture. Ce n’est cependant pas l’idéal car vous n’avez qu’un contrôle indirect sur le temps de pose. C’est un mode intéressant uniquement si vous avez un impératif sur la profondeur de champs.

Beaucoup d’appareils ont un temps de pose maxi (souvent 30 secondes mais ça peut être encore moins). C’est suffisant dans la plupart des cas mais pour faire des poses extrêmes c’est très limitant. Si vous voulez aller au-delà de cette limite c’est possible sur la plupart des modèles d’appareil en utilisant le mode bulb. Dans ce mode, le temps de pose n’est pas paramétré à l’avance mais directement pendant la prise de vue.

Quelque-soit la méthode utilisée, veillez à régler la sensibilité la plus basse possible. D’une part, vous maximisez le temps de pose (ce qui est quand même le but de la manœuvre) et en plus vous gardez un bruit numérique très faible.

Les filtres gris neutres

Dans un environnement lumineux (en plein soleil par exemple), il n’est pas possible d’obtenir un temps de pose de plus d’une demi seconde sans avoir une image complètement sur-exposée. Même en réglant l’ouverture et la sensibilité à leurs valeurs minimales, la quantité de lumière reste trop grande pour obtenir une exposition correcte.

Quand l’appareil ne peut pas gérer le trop-plein de lumière, il faut traiter le problème à la source: réduire la quantité de lumière qui pénètre dans l’appareil. Pour cela, il existe le filtre ND (ND = Neutral Density soit densité neutre en français). Il s’agit d’un filtre à placer devant l’objectif qui réduit la quantité de lumière à la façon de lunettes de soleil. Mais contrairement à ces dernières, il ne filtre que la luminosité sans impacter les couleurs (c’est pour ça qu’on l’appelle « neutre »).

Un filtre ND se caractérise par un indice qui correspond à la quantité de lumière filtrée :

  • ND4: luminosité divisée par 4
  • ND8: luminosité divisée par 8
  • ND16: luminosité divisée par 16
  • ND400: luminosité divisée par 400

Concrètement, si vous utilisez un filtre ND8 vous devez multiplier le temps de pose par 8 pour obtenir une exposition équivalente à une photo sans le filtre (nous retrouvons donc les équivalences que nous avons déjà vues dans l’article sur les principes de l’exposition). Vous pouvez aussi combiner les filtres entre eux: deux filtres ND4 sont équivalents à un filtre ND16.

Comme tous les filtres, choisissez avec le avec soin car son impact sur la qualité d’image est très important. Évitez notamment les filtres variables qui sont la plupart du temps de très mauvaise qualité.

Bilan

Avec un petit peu de pratique et d’inventivité, la pose longue permet d’obtenir des résultats très intéressants. C’est en plus une façon de contourner l’usage habituel que l’on fait de l’exposition. Cette technique ne demande finalement qu’un minimum de technique et éventuellement des accessoires. Une façon de se faire plaisir simplement en obtenant des résultats surprenants.

A lire également

  • p’titJo

    Très bon article !
    Merci Antoine

  • Seb

    Bonsoir, article bien résumé sur les poses longues 😉